]
 Algerie/Chine : encore une opportunité ratée
Articles

Algerie/Chine : encore une opportunité ratée

La China Development Bank (CDB) et 16 institutions financières correspondantes en Afrique ont créé conjointement l’Association interbancaire sino-africaine (CAIBA), qui constitue une première action concrète pour parvenir à une coopération gagnant-gagnant et à un développement commun de meilleure qualité dans le domaine financier et bancaire.

CE qui est à déplorer c’est qu’aucune banque algérienne n’a pris part à cet accord. Selon un expert algérien en finance, “traditionnellement l’Algérie ne se joint pas à des pays africains au PIB faibles pour des partenariats internationaux sur le développement”. “L’Algérie opte généralement pour des accords bilatéraux et rechigne à rejoindre des plate-formes multilatérales”, souligne notre source qui évoquera l’exemple du fameux accord Sino-algérien pour la construction du grand port du Centre.
Notre source dira aussi que l’Algérie avec cette attitude manque énormément d’opportunités contrairement au Maroc et l’Afrique du Sud qui ont par exemple phagocytés cet accord avec la Chine. L’Algérie aujourd’hui se positionne comme marché pour la Chine tandis que l’Afrique du Sud et d’autres pays se sont transformés en paradis d’investissement chinois.
En effet, cet accord marque la création officielle du premier mécanisme multilatéral de coopération financière entre la Chine et l’Afrique. Le Président chinois, en visite dans la région, porte sur lui un projet de renforcement des relations de son pays avec l’Afrique et la promotion de « dix principaux plans de coopération » entre ce pays et le continent Africain, « huit actions majeures » de la coopération Chine-Afrique ont été planifiées afin de consolider le partenariat.
Compte tenu du déficit des financements nécessaires pour répondre aux besoins des pays africains en matière d’industrialisation, de connectivité des infrastructures et de réduction de la pauvreté, une collaboration plus étroite entre les institutions financières chinoises et les pays africains a été décidée. À terme, avec la CDB, la CAIBA renforcera la coopération financière entre toutes les banques membres pour promouvoir le partenariat dans divers domaines tels que l’interconnexion des infrastructures Chine-Afrique, la coopération internationale et les échanges en sciences humaines. Les 3 et 4 septembre, rappelons-le, 53 chefs d’État et de gouvernements étaient réunis à Pékin pour le 7e sommet international Chine-Afrique (FOCAC, Forum on China-Africa Cooperation, Forum sur la coopération sino-africaine), espace diplomatique et économique initié par la Chine en 2000.
À propos de la « China Development Bank », elle a toujours mis l’accent sur la coopération avec l’Afrique. Depuis le lancement de la coopération de financement avec l’Afrique en 2006, la CDB a continuellement élargi sa coopération avec les institutions financières des pays africains en investissant et finançant plus de 50 milliards de dollars dans près de 500 projets dans 43 pays africains. La CDB incite les entreprises chinoises à investir en Afrique, aide les gouvernements locaux africains à résoudre des problèmes tels que la pénurie de fonds et les retards dans la construction d’infrastructures et s’efforce de développer la coopération économique et commerciale, d’accroître l’emploi et de stimuler la croissance économique des pays africains.

partage

comments